Aller au contenu

mediom1

Administrateur
  • Compteur de contenus

    3 494
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    1

Réputation sur la communauté

5 133 Excellent

2 abonnés

À propos de mediom1

  • Rang
    Administrateur de zonenet
  • Date de naissance 1870-01-04

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    Québec en ville

Visiteurs récents du profil

6 436 visualisations du profil
  1. mediom1

  2. CARICATURES

  3. Emmanuelle Gril Vendredi, 18 août 2017 19:25 MISE à JOUR Vendredi, 18 août 2017 19:25 Un lecteur nous a demandé si l’on pouvait se débarrasser d’une dette de carte de crédit en laissant passer un certain laps de temps. Oui, c’est possible, mais dans certaines circonstances bien précises. Le lecteur avait entendu dire que si l’on n’avait pas versé un sou à la compagnie émettrice de la carte de crédit pendant trois ans, celle-ci devait rayer notre dette. Délai de trois ans Pierre Fortin, syndic autorisé en insolvabilité, président de Jean Fortin et Associés, confirme que les dettes sont soumises à un délai de prescription de trois ans. Cela signifie que si le créancier n’a rien fait pour récupérer la somme durant cette période, la dette sera prescrite, autrement dit, elle ne sera plus due. Mais le créancier ne devra avoir entrepris aucune procédure juridique contre vous durant trois ans. Par procédure juridique, on entend par exemple une saisie, une requête introductive d’instance, etc. Une mise en demeure envoyée par un avocat ou une lettre accordant un délai pour régler la dette ne sont pas considérées comme telles. « Mais attention, pour que le délai de prescription coure, il faudra qu’il n’y ait eu aucun aveu de la part du débiteur qu’il doit bel et bien cette somme », précise M. Fortin. Un aveu consisterait à effectuer un paiement, inclure la dette au dépôt volontaire, etc. Car dès que l’on reconnaît que l’on doit cette dette, le délai de prescription s’interrompt et le compteur est remis à zéro. En résumé, si le débiteur n’a fait aucune admission et que le créancier n’a effectué aucune démarche durant trois ans, ce dernier n’aura effectivement plus aucun recours et la dette sera prescrite. « Mais cela constitue rarement une échappatoire. Dans la vraie vie, il est rare qu’un débiteur puisse se soustraire à une dette de cette façon », constate Pierre Fortin. Une dette qui ressuscite... De plus, une dette pourrait « revivre » après trois ans si un paiement ou une admission était effectué par le débiteur. Car dans les faits, elle n’est pas effacée même si elle ne peut plus faire l’objet d’une mesure d’exécution. « Cela arrive souvent lorsqu’une agence de recouvrement achète les créances d’un autre créancier. Elle entreprend des démarches auprès du débiteur et si celui-ci reconnaît la dette ou qu’il effectue un petit versement, le délai recommence à courir pour trois ans », précise M. Fortin. Ce délai de prescription s’applique autant aux dettes de carte de crédit qu’à celles de frais d’électricité, de télécommunications, etc. Conseils • Même si la dette est prescrite et que vous n’avez plus à la rembourser, elle continuera tout de même à entacher votre dossier de crédit. • Si votre créancier ne vous a pas retrouvé, parce que vous avez déménagé fréquemment par exemple, il se peut qu’un jugement de saisie ait été rendu contre vous sans que vous le sachiez. Vérifiez auprès de votre palais de justice, car le créancier a 10 ans pour l’exercer. • Le délai de prescription court à partir du moment où le paiement peut être exigé.
  4. trois jeunes Marocains étaient âgés de 17 à 24 ans Pauvre petit c'était un enfant soldat ! Faut pas le condamner c'était un MINEUR une victime du système ! Un incompris ! Prions pour cette victime de l'intolérance ! Allha Akbar ! Donnons des millions à sa famille éplorée par la mort de cet enfant victime.
  5. TROUVER LA FORCE D'OUVRIR LES BLESSURES

    on a tous des bon et des mauvais souvenir dans la vie que veut tu faut vivre avec
  6. Humour du jour

  7. Humour du jour

  8. Humour du jour

  9. Humour du jour

  10. { Justin Trudeau n'a pas le temps de commenter, ni de gérer la crise des immigrants illégaux, mais il participera à la parade de la fierté gaie à Montréal dimanche prochain. Quel chef d'État irresponsable! Faudrait qu'un de ses conseillers lui explique qu'il n'est plus prof de théâtre. Il doit revoir ses priorités!!!
  11. [jeu] Un mot...Une image

    Melopée
  12. Les 50 personnages qui nous ont le plus marqués au cinéma

    des acteurs comme ça ça existe plus
  13. Plus de 8000 migrants interceptés depuis juin

    mais comme toujours la vérité choque
  14. AFP et journaldemontreal.com Jeudi, 17 août 2017 11:20 MISE à JOUR Jeudi, 17 août 2017 11:26 Treize personnes ont été tuées et plus de 50 blessées quand une camionnette a foncé dans la foule à Barcelone, deuxième ville d’Espagne, a annoncé le responsable de l’Intérieur du gouvernement régional catalan. «Nous pouvons confirmer qu’il y a 13 morts et plus de 50 blessés», a écrit Joaquin Forn sur Twitter. La police régionale confirme avoir arrêté un suspect. Il s'agirait de Driss Oukabir, identifié par les autorités comme celui qui a loué la camionnette. Un autre suspect aurait été abattu par la police, selon ce que rapporte des médias locaux. Pour le moment, on ne connaît pas l'identité de l'individu qui serait tombé sous les balles des policiers. «J’ai vu un homme courir vers le bas de la Rambla, poursuivi par la police, et il a laissé tomber un objet en métal noir, ça avait l’air d’un pistolet ou d’un taser», a dit à l’AFP Sergio, un témoin. Cette attaque à l’aide d’une voiture ou d’un camion comme arme de terreur renvoie à un mode opératoire déjà utilisé lors d’attentats imputés ou revendiqués par le groupe État islamique à Nice, Berlin ou Londres. Les Ramblas, promenade piétonne en son centre, est l’avenue la plus célèbre de Barcelone et attire de très nombreux touristes espagnols et étrangers. La zone a immédiatement été fermée par un cordon de sécurité et cinq ambulances et une vingtaine de véhicules de police se trouvaient sur place, a constaté le correspondant de l’AFP. Des agents repoussaient la foule au-delà de la grande place de Catalunya, en criant «attaque terroriste». «Tout à coup, j’ai entendu un bruit de collision et toute la rue s’est mise à courir en criant», a raconté un témoin, Amer Anwar, à la chaîne de télévision Sky News. «Il y a eu comme une mini-bousculade», a renchéri Ethan Spibey, un vacancier, sur la même chaîne. Des blessés ont été emmenés sur des civières vers un grand magasin de la chaîne Corte Ingles, apparemment pour recevoir les premiers soins, a indiqué le correspondant de l’AFP sur place. Des policiers demandaient aux commerçants à proximité de la collision de laisser entrer les passants et de baisser les rideaux derrière eux. Les stations de métro et de chemin de fer ont été fermées, ont annoncé sur Twitter les services des urgences de la ville. L’Espagne, troisième destination touristique au monde, a été pour l’heure épargnée par les attentats du groupe État islamique ayant touché d’autres capitales européennes, comme Londres, Paris, Bruxelles, Berlin. Mais c’est à Madrid qu’avaient eu lieu les attentats islamistes les plus meurtriers jamais commis en Europe: le 11 mars 2004, des bombes avaient explosé dans des trains, faisant 191 morts. Justin Trudeau et Donald Trump réagissent Le premier ministre Justin Trudeau et le président américain Donald Trump ont respectivement condamné l'attaque terroriste sur Twitter. Le secrétaire d’État américain Rex Tillerson a assuré que son pays était «prêt à assister» les autorités espagnoles, tandis que le président du Parlement européen Antonio Tajani leur a offert son «plein soutien». «Nous sommes à nouveau solidaires et pensons aux victimes et à leurs proches», a écrit sur Twitter Didier Reynders, le ministre belge des Affaires étrangères, dont le pays a été durement touché par des attentats djihadistes.
×